Le super pouvoir de l’imagination

Le super pouvoir de l’imagination
NOS SUPER POUVOIRS #8 Continuons la découverte de nos supers pouvoirs, les trésors de notre humanité. Ils sont au cœur de nos vies, mais nous les avons trop souvent oubliés.

 

Hier soir lors du dîner ma (seule) fille m’explique avoir joué toute l’après-midi avec une licorne dans la forêt. P&F, ses deux petits frères confirment eux aussi avoir joué avec la fameuse licorne. « Elle est très gentille, on a fait des cabrioles avec elle. Elle s’appelle Lili !». Se pose alors un dilemme pour moi. Soit je détruis l’imagination de mes enfants en expliquant que les licornes n’existent pas. Soit je me mets à leur écoute avec un intérêt plus ou moins réel, plus ou moins feint.

L’imagination est la capacité de former des images mentales, de les transformer et de les déformer. Elle se construit au fur et à mesure de l’enfance mais a besoin d’un environnement d’écoute et de bienveillance pour bien se développer. Si l’enfant ressent le besoin de se créer un monde imaginaire, c’est tout simplement pour apprendre à vivre avec la réalité qui l’entoure.

Et dans nos organisations, quelle place laissons-nous à l’imagination et à la créativité ? Quelle place pour les rêves ? Ces dernières années et plus encore aujourd’hui, Entreprise a (trop) rimé avec Crise. Avant-hier crise économique, hier crise de sens pour des collaborateurs déboussolés, et aujourd’hui crise sanitaire et sociétale. Plus de la moitié (57%) des collaborateurs français aimeraient être plus créatifs dans leur travail, mais les entreprises ne le leur permettent pas suffisamment (même si les dirigeants affirment le contraire !).

« Après avoir nourri le ventre de l'Homme avec du travail, son ego avec de la reconnaissance, son cerveau avec du sens ... l'entreprise nourrit son âme avec du rêve. Rêver, c'est être inspiré par quelque chose qui nous dépasse et pour lequel nous serions prêts à nous dépasser » explique Marianne Urmès de The Bozon Project dans l’étude Boîte à rêves.

Rêver, c’est aussi se donner les moyens de réinventer notre rapport à l’échec. L’échec est trop souvent quelque chose de négatif en France et synonyme de défaite pour beaucoup. Pourtant la valorisation du droit à l’erreur permet de s’affranchir de la peur liée à la création et l’innovation. En acceptant ses erreurs, ses échecs, on apprend à reconnaitre ce qui fonctionne ou non pour ensuite l’appliquer à de nouveaux projets. On libère alors la créativité.

Et dans un monde du travail post-confinement, il va nous falloir réinventer, faire œuvre de créativité individuelle et collective. Le droit à l’erreur et le devoir de l’imagination seront les clefs de la réussite de demain.

Je vous souhaite à tous de beaux rêves.

#OnReve #Imagination #SupersPouvoirs #OnSeReinvente

 

Ps : N’oublions pas cette parole pleine de sagesse d’Albert Einstein « Une personne qui n'a jamais commis d'erreurs n'a jamais tenté d'innover »