Diagnostiquez vos rémunérations avec E-Salaires

Diagnostiquez vos rémunérations avec E-Salaires
Depuis bientôt un an, Ecclésia RH et la Conférence des Évêques de France (CEF) accompagnent ensemble les diocèses dans un travail structurant de diagnostic de leurs rémunérations, autour de l’application E-Salaires. Un projet qui peut intéresser toutes les institutions chrétiennes. Le point avec Jacques de Scorraille, initiateur du projet.

En réponse à quels besoins l’application E-Salaires est-elle née ?
L’application E-Salaires a initialement été développée à la demande de la CEF en vue de la création de la branche professionnelle de l’Église de France. Dans le cadre de la convention collective à venir, une grille de rémunérations de référence doit être mise en place. Pour la construire, il était nécessaire de s’appuyer sur les rémunérations effectivement pratiquées par les différents diocèses de France, afin de s’assurer que la grille offre des minimas acceptables par tous. E-Salaires a servi à lancer ce travail d’inventaire et d’analyse.

Comment l’application E-Salaires fonctionne-t-elle ?
L’application est accessible en ligne, au moyen d’une connexion 100% sécurisée, qui réclame la création d’un compte, validée par nos soins, et la souscription d’un abonnement. L’institution détentrice du compte renseigne dans l’application les niveaux de rémunérations, les fonctions, le temps de travail de tous ses salariés. La collecte se fait en intégrant les données issues du logiciel de paye de l’institution et, à l’aide d’une méthode éprouvée et rapide, en classant les postes en niveaux de responsabilité. Pour un usage parfaitement fluide, un tutoriel est associé à chaque écran et guide les utilisateurs, la plupart du temps des responsables RH. Bien entendu, toutes les rémunérations saisies par chaque institution restent absolument anonymes et confidentielles.

Quels services E-Salaires rend-elle aux utilisateurs ?
Avec E-Salaires, une institution peut d’abord établir un diagnostic complet de ses rémunérations : quelle est l’équité interne des salaires ? comment progressent-ils ? les écarts sont-ils justes ? y a-t-il des distorsions ? les grilles sont-elles respectées ? Elle peut ensuite simuler des évolutions de sa masse salariale et garder un historique individuel et collectif des augmentations octroyées. Par ailleurs, l’application E-Salaires permet aussi de comparer ses pratiques à celles des autres participants : la comparaison se fait soit d’une manière globale, soit par filière professionnelle ; elle porte soit sur les niveaux de rémunération pratiqués, soit sur des informations de type bilan social : écart entre salaires les plus hauts et les plus bas, poids de la masse salariale par rapport au budget total de l’institution, salaire moyen constaté, prévisions d’augmentation pour les AG et les AI (augmentations générales et individuelles).

Le sujet des rémunérations et avantages est un point crucial et délicat pour toute institution. Comment assurez-vous la confidentialité des informations qui vous sont confiées ?
Pour traiter ce type de données, il faut en effet garantir une protection maximale des informations sensibles que nous recevons. Outre la sécurité informatique assurée par l’outil, les principes et la méthode mis en œuvre par E-Salaires protègent les institutions. Tout d’abord, les salaires renseignés sont prioritairement rattachés à un matricule plutôt qu’à un nom. On ne dévoile pas dans E-Salaires combien gagne Mme Lemoine ou M. Lacroix ! Deuxièmement, les institutions ne peuvent évidemment consulter que leurs propres rémunérations.

Mais dans ce cas, comment s'opèrent les comparaisons entre institutions ?
Pour se comparer, les institutions ont accès aux informations soit d’un marché général, qui mixe tous les participants, soit du marché correspondant à leur secteur professionnel (Diocèses, Enseignement catholique, Secteur sanitaire et social, Associations, fondations et ONG). Ces marchés font apparaître une médiane, une moyenne et des quartiles, qui permettent à chaque participant de se positionner, mais sans pouvoir évaluer la situation particulière de telle ou telle autre structure. Ajoutons que la confidentialité est préservée aussi vis-à-vis des têtes de réseau et du commanditaire qu’est la CEF. De la même façon que toute autre institution, elles n’ont accès qu’à une vision globale du marché qui les concerne, et non aux informations salariales d’une institution X ou Y. Ecclésia RH, en tant que tiers de confiance et administrateur unique de l’application, assure donc la protection maximale des données saisies.

Quels sont les résultats à venir ?
À ce jour l’application E-Salaires est opérationnelle depuis le printemps 2017 et les premiers résultats doivent être livrés en octobre prochain aux institutions utilisatrices. Ils concerneront une vingtaine de diocèses de France, ainsi que quelques institutions et établissements scolaires à qui l’outil a été proposé, souvent dans la continuité d’un premier diagnostic de rémunération effectué au préalable avec Ecclésia RH.

Quelles perspectives avez-vous pour l’application E-Salaires ?
L’intérêt de l’application est indéniable, à la fois pour un usage interne vis-à-vis de ses salariés et de la convention collective en vigueur, et pour un usage externe vis-à-vis des candidats que l’on souhaite attirer dans un contexte de marché du travail ouvert. C’est un outil qui permet d’avoir une connaissance objective et actualisée de son secteur professionnel, de piloter sa politique de rémunération, et de travailler son attractivité. Les institutions chrétiennes sont en effet confrontées elles-mêmes aux problématiques de « marque employeur », avec un enjeu particulier sur la question des rémunérations et avantages. Au-delà des diocèses, E-Salaires peut donc servir à toutes les structures chrétiennes, et au-delà du secteur associatif, servir aussi aux entreprises.

Comment rejoindre E-Salaires ?
On peut rejoindre E-Salaires n’importe quand dans l’année. Cependant le fonctionnement de l’application s’inscrit dans un calendrier : pour des raisons méthodologiques, les chiffres du marché sont publiés en octobre chaque année sur la base des informations salariales au 31 décembre de l’année précédente. La collecte des informations se déroule entre novembre et juin : il est donc possible de rejoindre E-Salaires dès à présent, en vue de la session 2017-2018. Pour s’inscrire, il suffit de remplir le formulaire prévu à cet effet en ligne. Le coût d’abonnement annuel à prévoir est de l’ordre de 400 € HT. Il s’y ajoute un coût d’implémentation (phase initiale de formation et d’accès à l’outil), qui représente un budget compris entre 400 et 4000 € HT, lié à la phase de pesée de postes, et dépendant de la taille des organisations. Les diocèses bénéficient, pour leur part, d’un cofinancement de la part de la CEF.