• Le super pouvoir de l'abnégation

    NOS SUPER POUVOIRS #10 Continuons la découverte de nos supers pouvoirs, les trésors de notre humanité. Ils sont au cœur de nos vies, mais nous les [...]

  • Le super pouvoir de la joie

    NOS SUPER POUVOIRS #9 Continuons la découverte de nos supers pouvoirs, les trésors de notre humanité. Ils sont au cœur de nos vies, mais nous les [...]

  • Le super pouvoir de l’imagination

    NOS SUPER POUVOIRS #8 Continuons la découverte de nos supers pouvoirs, les trésors de notre humanité. Ils sont au cœur de nos vies, mais nous les [...]

 

Le super pouvoir de l'intelligence du cœur

Le super pouvoir de l'intelligence du cœur
NOS SUPER POUVOIRS #4 - Continuons à découvrir nos super pouvoirs, les trésors de notre humanité. Ils sont au cœur de nos vies, mais bien trop souvent oubliés.

Il y a quelques temps, j’animais une session pour une quinzaine de surveillants et leur CPE au sein d’un établissement scolaire. Lors du 1er jour, dans la phase « diagnostic », il ressortit de façon assez nette que ces « surveillants » appelés « éducateurs » étaient mal à l’aise vis-à-vis du corps enseignant. Ils se sentaient déconsidérés, regardés de haut. Il est vrai que beaucoup de ces surveillants n’ont quasiment pas de diplômes et ont des vies personnelles souvent difficiles. Ils vivent mal le fait d’être perçus par leur entourage comme des « petits-chefs » et sont complexés face à « ceux qui savent », que ce soient des parents ou des enseignants.

Une vraie générosité
Ce qui me frappa aussi en les écoutant, c’est que beaucoup parmi eux, étaient habités d’une véritable volonté de bien faire, laissant transparaître une vraie générosité au service des jeunes et de leur famille. En préparant ma deuxième intervention et en repensant à chacun de mes participants, il m’apparut comme une évidence qu’il fallait trouver un point d’entrée pour leur montrer toute leur valeur et leur capacité à trouver leur place au sein de l’établissement. Après en avoir parlé avec le chef d’établissement, je leur proposais donc un objectif : « mettre l’éducation au cœur de l’établissement » et un moyen : développer leur « intelligence du cœur ».

Passé leur temps d’étonnement, force fût de constater que tant l’objectif que le moyen proposé firent mouche. L’intelligence du cœur raisonnait en eux en nommant une réalité qu’ils vivaient mais ne conscientisaient pas.

Comment l'intelligence du cœur se met en œuvre
Nous avons défini ce qu’était « l’intelligence du cœur ». Comment celle-ci se mettait en œuvre, les avantages qu’ils pouvaient en tirer dans leurs relations de travail entre eux, avec les jeunes, leurs familles et les enseignants ; mais aussi combien cela aurait des répercussions dans leur vie personnelle. Ce fut un succès, cela nous conduisit à élaborer tout un programme pour l’année suivante qui visait à mettre dans les faits « l’éducation au cœur de l’établissement ».

Comment développer cette intelligence du cœur ? En voici les 5 étapes indispensables :

  1. Ouvrir son cœur
  2. Faire descendre dans son cœur les pensées qui « trottent » dans notre tête
  3. Méditer ces pensées dans son cœur (et si on est chrétien, les présenter au Christ qui habite en nous)
  4. Écouter ce que dit son cœur
  5. Parler selon son coeur

Un exercice au service de la fécondité de l'action
Pour nous aider à comprendre la richesse du cœur, on peut faire le parallèle suivant : « l’intelligence du cœur » est pour l’intelligence ce qu’est l’Eucharistie à l’oraison ou encore la graine à la terre. Pour que la graine (l’intelligence, l’eucharistie) porte du fruit, il faut que la terre soit travaillée (par l’intelligence du cœur, par l’oraison). Sans terre, la graine ne peut porter de fruit durable ; il en est de même de notre intelligence qui, sans cœur, devient froide.

Développer son « intelligence du cœur » est un véritable exercice au quotidien qui conduit à une véritable fécondité de l’action. En effet, en mobilisant son cœur, on découvre une source de vie inépuisable.

Vous souhaitez approfondir cette notion ? Envoyez-moi un mail.

 

Jacques de Scorraille, Directeur

 

>> La bonne idée du moment : réfléchir sur son avenir professionnel. Découvrez les propositions d’Ecclésia RH.